Engrammes
 

CD-rom interactif, ex-algebra éditeur. programmation Philippe Laroche, 1999.

Vue de l’installation, Centre National de la Photographie, ordinateurs, deux tables sur mesures installées en conversation, 1999. Gérer le stock et construire quelque chose avec, voilà ce qui a motivé la réalisation d’Engrammes. Là où une pratique photographique comme simple vision du monde ne suffisait plus à elle seule pour « fabriquer du monde », il m’a fallu mettre en place un système ouvert, s’opposant au « Read Only Memory » et travers lequel, grâce à la manipulation [des images], il serait possible de re combiner du réel. Produire ou convoquer l’imaginaire et réinvestir cette vision en laissant place à du « différentiel ». Jouer avec le revoir. Il y avait un paradoxe à vouloir placer Engrammes, objet onanique s’il en est, dans un lieu public. L’écran fonctionnant comme la surface d’inscription du désir, devait alors s’accommoder de la présence de l’autre. Un dispositif en forme de « conversation » pouvait alors réintroduire une dimension tactile susceptible de créer du lien, voir de l’échange, lorsque deux personne prenaient place dans l’installation et la faisait fonctionner.